Diagnostic et surveillance de la grossesse

 

 

La grossesse, phénomène physiologique expose la mère à des complications dans 10 à 20 % des cas dont la  plupart peuvent être évitées par une surveillance régulière . le diagnostic de la grossesse au début permet :

 

-De préciser le plus possible la date de début de la grossesse

-D’affirmer sa bonne évolutivité

-De reconnaître les facteurs de risque

-De faire la déclaration de grossesse

 

I. Diagnostique clinique :

 

Dans l’immense majorité des cas , la clinique suffit au diagnostic . deux signes principaux permettent d’évoquer ce diagnostic :

-         l’arrêt des règles

-         l’augmentation du volume de l’utérus

 

A. L’aménorrhée

Le retard de règles est le signe le plus  évident et le plus précoce qui amènent la femme à évoquer ce diagnostic. la valeur de ce signe est fondamentale si l’arrêt des règles est :

-         complet

-         chez une femme en période d’activité génitale

-         jusque là , régulièrement réglée.

 

B. L’augmentation de volume de l’utérus :

Ce signe essentiel nécessite une grossesse de un mois pour être patent.

 

1. le volume de l’utérus est proportionnel à la durée de l’aménorrhée :  cette augmentation est sensible à la 5-6ème semaine d’aménorrhée . elle devient évidente à partir du deuxième mois de grossesse ( orange ) . le fond utérin atteint l’ombilic vers quatre mois et demi de grossesse ( soit 22 semaines d’aménorrhée ).

L’accroissement à deux examens successifs est un argument de valeur lorsqu’il y ‘a doute .

 

2. la forme :  l’utérus gravide prend une forme globuleuse , arrondie : les bords latéraux deviennent perceptibles au toucher vaginal dans les culs de sac ( signe de Noble ) .

 

3. la consistance : l’utérus gravide est ramolli dans son ensemble : corps , col  et région isthmique ( consistance de « figue mure  » )

 

 

C. La courbe thermique :

 si le plateau thermique reste au dessus de 37° C parallèlement au retard de règle pendant plus de 20 jours , il existe une très forte probabilité de grossesse .

 

D. les signes accessoires :

 

 - aspect violacé des muqueuses génitales, il est plus net au niveau du col qui est congestif . la glaire est coagulé . au   contraire l’existence d’une glaire filante infirme le diagnostic de grossesse.

- les seins subissent des modifications : augmentation de volume , pigmentation de l’aréole , apparition de petites saillies péri-mamelonnaires ( les tubercules de Montgomery ) , dilatation des veines sous-cutanées qui forme le réseau de Haller .

- les signes dites sympathiques sont variables et inconstantes :

     . signes digestifs : nausées, vomissements

     . signes nerveux : modification du caractère ( irritabilité, asthénie assez fréquente )

 

 

 

II . Diagnostic biologique :

Il s’agit essentiellement de la recherche et du dosage des béta-HCG plasmatique qui permet le diagnostic dès le 24ème jour du cycle . cette méthode est de loin la plus sensible et la plus fiable , et elle est à préférer à toute les autres chaque fois qu’une pathologie est suspectée notamment une Grossesse extra-utérine mais aussi un œuf dont le développement n’est pas en rapport avec l’age théorique de la grossesse.

 

 

III. Diagnostic échographique :

 

L’œuf peut être visualisé à partir de la 5ème semaines d’aménorrhée en échographie vaginale correspondant à un taux des béra-HCG plasmatique d’environ 1000 U/L  et un peu plus tard en échographie abdominale à partir d’un taux des béta-HCG de 5000 U/ L environ .l’echographie systématique en début de grossesse permet de dater la grossesse avec une excellente précision ( + /- 3 jours vers 10 semaines ) , précision qui diminuera  au fur et à mesure de l’avancement de celle-ci.

 

 

IV. Recherche des facteurs de risque

 

A. Par l’interrogatoire :

 

- age inférieur à 18 ans.

- age supérieur à 40 ans (anomalies chromosomique, diabète, hypertension artérielle gravidique)

- morphologie : petite taille, obésité.

-situation familiale, professionnelle et conditions socio-economiques en tenant compte en particulier des conditions de logement (nombre d’étages sans ascenseurs ) , du caractère pénible du travail , de la longueur des trajets .

- notion de tabagisme ou d’alcool

- traitement en cours

-antécédents familiaux : maladie génétique héréditaire, diabète, maladie cardio-vasculaire..

- antécédents   personnel : hypertension artérielle, diabète …

- antécédents obstétricaux : parité, fausses couches spontanées, interruption volontaire de grossesse, césarienne, accouchement prématuré, hypotrophie fœtale, mort in utero, hémorragie de la délivrance …

 

B. Par l’examen clinique , recherchant en particulier :

- une anomalie du volume utérin

- une masse annexielle

- leucorrhée

 

V. Les examens biologiques à pratiquer :

 

A . les examens de laboratoire obligatoire :

 

- groupage rhésus

- recherche d’anticorps irréguliers, en cas de recherche positive, identification et titrage des anticorps irréguliers

- sérologie de la syphilis

- sérologie de la rubéole et de la toxoplasmose

- albuminurie, glucoserie

 

B. Les examens recommandés :

 

- FCV

- dépistage du SIDA

- numération formule sanguine

- examen cytobactériologique des pertes et des urines

- dépistage du diabète gestationnel en cas de facteurs de risques (antécédents de gros enfant, de malformations fœtales, de mort in utero , de surpoids )

- uricémie en cas d’HTA

 

 

 

VI. La date du terme :

 

Pour un cycle de 28 jours, elle est fixée à environ :

-         9 mois à partir de la date de l’ovulation

-         41 semaines à partir de la date des derniers règles

 

 

Dr Sadok M.